zaouia de sidi yacoub
zaouia de sidi yacoub

la bataille de sidi yacoub le 25 avril 1836

UNE MOSQUEE ET HUIT SIECLE A PRESERVER

ALBUM DE ZAOUIA DE SIDI YACOUB

zaouia sidi yacoub

CELEBRATION DU MOLOUD EN NABAOUI

Culture et tourisme

sidi yacoub mosque

Partenariat

la bataille de sidi yacoub le 25 avril 1836

Les Grandes batailles

 

la  Bataille de Sidi Yacoub  le 25 avril 1836

Colonel Michel Combe

(1787-1837)

 

A nouveau, l'Afrique
Heureusement - si l'on peut dire - il reste la guerre et, en 1835, la conquête de l'Algérie est loin d'être achevée. Le colonel Combe ne change pas d'affectation mais son régiment est appelé à faire campagne en Algérie.

Avec le 11e de ligne, le 2e léger et le 17e de ligne, il constitue le corps expéditionnaire de l'expédition de Mascara, en tout 11 000 hommes. Venant de Perpignan, le 47e et son colonel arrivent à Oran le 2 septembre 1835 afin de prendre part à l'expédition contre Abd-el-Kader et venger ainsi le désastre de la Macta.

Michel
Combe commande l'une des quatre brigades sous les ordres des généraux Oudinot, Perrégaux et d'Arlanges. En avril 1836, à la retraite de Sidi Yacoub, le général d'Arlanges étant hors de combat, il prend le commandement de la colonne et rétablit la situation. La guerre est véritablement son élément comme le reconnaît le général L'Etang, commandant les troupes de la province d'Alger :

M. le Colonel Combes a une grande habitude du commandement et il l'exerce d'une manière très convenable. C'est un officier rempli d'énergie et de bons sentiments. Il s'est toujours fait remarquer à la Guerre, personne ne mérite plus que lui d'être récompensé de ses beaux et longs services (28).

Michel Combe se distingue encore à la Sikkak, au moment de la victoire de Bugeaud sur Abd-el-Kader. Dans le cours de l'année 1837, il souffre d'une ophtalmie et apprend la mort de son père, le colonel en retraite Sébastien Combe (29). Profondément abattu, il envisage de quitter l'armée. Seul le retient la perspective d'une nouvelle campagne. En effet se prépare alors la deuxième expédition de Constantine.

 

Henri Aristide de GONDRECOURT, né le 22/3/1815 à Grande terre (Guadeloupe

 

ESM en 1832, il choisit l'infanterie et est nommé sous lieutenant au 47e RI avec lequel il part en Algérie.

 

Nommé Lieutenant aux spahis d'alger, il participe à l'expédition d'Oran et se distingue en mars 1836 à Sidi yacoub sur la Tafna.

 

Passé dans la cavalerie en mars 1838, il devient Chef d'escadron en 1851.

Lieutenant Colonel en 1855 au 4e Chasseurs d'Afrique, puis au 1e Chasseurs d'Afrique

Heureusement - si l'on peut dire - il reste la guerre et, en 1835, la conquête de l'Algérie est loin d'être achevée. Le colonel Combe ne change pas d'affectation mais son régiment est appelé à faire campagne en Algérie.

Avec le 11e de ligne, le 2e léger et le 17e de ligne, il constitue le corps expéditionnaire de l'expédition de Mascara, en tout 11 000 hommes. Venant de Perpignan, le 47e et son colonel arrivent à Oran le 2 septembre 1835 afin de prendre part à l'expédition contre Abd-el-Kader et venger ainsi le désastre de la Macta.

Michel Combe commande l'une des quatre brigades sous les ordres des généraux Oudinot, Perrégaux et d'Arlanges. En avril 1836, à la retraite de Sidi Yacoub, le général d'Arlanges étant hors de combat, il prend le commandement de la colonne et rétablit la situation. La guerre est véritablement son élément comme le reconnaît le général L'Etang, commandant les troupes de la province d'Alger :

M. le Colonel Combes a une grande habitude du commandement et il l'exerce d'une manière très convenable. C'est un officier rempli d'énergie et de bons sentiments. Il s'est toujours fait remarquer à la Guerre, personne ne mérite plus que lui d'être récompensé de ses beaux et longs services (28).

Michel Combe se distingue encore à la Sikkak, au moment de la victoire de Bugeaud sur Abd-el-Kader. Dans le cours de l'année 1837, il souffre d'une ophtalmie et apprend la mort de son père, le colonel en retraite Sébastien Combe (29). Profondément abattu, il envisage de quitter l'armée. Seul le retient la perspective d'une nouvelle campagne. En effet se prépare alors la deuxième expédition de Constantine.